#2 Se reconnecter à ses émotions et à ses ressentis

#2 Se reconnecter à ses émotions et à ses ressentis

Comment se reconnecter à ses émotions et à ses ressentis ?

Parfois en tant qu’adulte nous nous sommes tellement éloignés de nous-même que nous en venons à ne plus ressentir de sensations dans notre corps, d’émotions, de sentiments. Certes, en un sens cela peut être plus confortable. Mais sommes-nous pleinement vivants alors ? Je vous propose quelques clés pour retrouver cette connexion à vous-même.

Comprendre les émotions, les sentiments, les ressentis corporel

Voici tout d’abord quelques éléments pour définir et comprendre les différences entre les émotions, sentiments, ressentis.

Peur, joie, colère, tristesse : les émotions primaires

L’émotion c’est la réponse physiologique à un stimulus. Ainsi l’émotion se vit dans le corps, avec des signes physiologiques très visibles comme le rire ou les larmes, mais aussi plus subtils comme la sécrétion d’hormones spécifiques. Elle est relativement brève (quelques minutes). Selon les spécialistes des émotions, l’amour, ou le dégoût peuvent également être considérés comme émotions de base. Laisser s’exprimer nos émotions peut-être le plus facile pour commencer la reconnexion à soi. C’est en tout cas quelque chose que les enfants font très naturellement : prenons exemple sur eux !

Pleurer a toujours été pour moi un moyen de sortir les choses profondément enfouies. Quand je chante, je pleure souvent.
Pleurer, c’est ressentir, c’est être humain.
Ray Charles

Les sentiments : des émotions mélangées à des pensées qui s’installent dans le temps

Le mental va désormais intervenir. Les émotions se transforment. Ainsi, la nervosité et l’anxiété sont des parentes de la peur, tandis que la sérénité est dans la famille de la joie. Certains sentiments mélangent des émotions : la jalousie est dans la catégorie colère, mais a aussi pour origine la peur. Ce qui est caractéristique également est que les sentiments vont s’étirer dans le temps. Ainsi l’amour est à la fois une émotion et un sentiment. Les sentiments ne sont pas nécessairement simples à identifier, se mélangeant. De plus, notre vocabulaire souvent très pauvre sur ce sujet n’aide pas à leur identification.

Les sensations corporelles : la clé du corps

Un ressenti corporel c’est une sensation du corps. C’est notre sens du touché qui est surtout sollicité ici, mais les autres sens (goût, vue, odorat, ouïe) vont également nous aider. Pour beaucoup d’adultes, et même pour les enfants, cette écoute est difficile. (Vous avez déjà vu un petit enfant râleur parce qu’en réalité il a faim mais n’a pas identifié ce besoin ?). Il y a aussi des ressentis plus simple : par exemple, la sensation du froid, du chaud. On peut sentir de la fluidité, de l’oppression, des picotements, des frissons… 

Se reconnecter au corps

Comme tout apprentissage (ou réapprentissage), la clé est la pratique

Ecoute intérieure 

La première étape est de prendre le temps de s’écouter. Chaque jour, plusieurs fois par jour, de quelques secondes à quelques minutes, se poser avec l’intention de s’écouter. Fermer les yeux peut faciliter ce processus. Laisser émerger les sensations corporelles, les localiser dans le corps. Quand une émotion surgit dans la journée, de la même manière prendre quelques secondes pour ressentir ce qui se passe dans notre corps : accélération du cœur, figement du corps, tensions musculaires, chaleur….

Accueil

Ensuite la deuxième étape est d’accueillir notre sensation, notre émotion ou sentiment. C’est-à-dire juste accepter que cela est présent, sans jugement. Cela a l’air tellement simple, et d’ailleurs cela s’écrit en 2 lignes, et pourtant c’est une étape qui peut être difficile. Parfois on croit accueillir, mais on se leurre. Gare à cet écueil donc ! 

Identification et expression

Enfin il va être possible de mettre des mots et d’exprimer, verbalement et corporellement, notre état intérieur. Pour l’identification, nous pouvons nous référer à des listes de vocabulaire, qui peuvent aussi être présentées sous forme de roue (roue des émotions), et ainsi enrichir peu à peu notre lexique. Exprimer notre état, par des mots et par le corps, va venir reconnaître, valider le fait que nous avons entendu nos sensations. C’est très important car c’est comme un dialogue, une relation de confiance qui s’instaure avec notre corps.

Se reconnecter à soi

Toutes ces étapes sont en fait un moyen de se reconnecter à soi.

Décoder pour retrouver le besoin et le combler

Une fois que nous avons (ré)appris à écouter nos sensations, nous pouvons chercher à les décoder. Chercher le besoin qui se love derrière. Le nourrir. L’exemple facile, c’est lorsque c’est un besoin fondamental, sur la base de la pyramide de Maslow : les besoins physiologiques (boire, manger, éliminer…). Mais le principe est identique avec un besoin de réalisation de soi, même si le décodage du besoin ou bien la mise en œuvre pour le nourrir peuvent être plus ardus, et éventuellement nécessiter une aide extérieure.

S’ancrer pour ancrer la reconnexion au corps

S’ancrer, par exemple grâce à des méditations, guidées ou non, grâce à des pratiques corporelles (danse, yoga, massage…), permet de faire fructifier cette nouvelle relation établie avec notre corps. C’est un véritable cercle vertueux qui s’installe. Le dialogue avec notre corps n’en sera que plus constructif, puisque nous reconnaîtrons mieux les signes de notre corps et pourrons mieux les décoder.

Ecouter son 6ème sens ?

Avec toutes ces étapes, c’est réellement notre boussole intérieure que nous activons, qui va nous aider à faire ce qui est bon et juste pour nous-même. Notre corps ne ment pas, c’est pourquoi il est si important de l’écouter. Le mental, lui, peut nous tromper. Ainsi, plus notre ressenti sera subtil et plus nous pourrons identifier rapidement si nous suivons le chemin le plus juste pour nous. Ne serait-ce pas ainsi une voie possible de l’écoute de notre fameux 6ème sens, notre intuition, notre gut feeling (« sensation des tripes ») comme disent les anglo-saxons ?


En Sophro-analyse, les ressentis du corps et du cœur sont la colonne vertébrale dans une séance : ils ouvrent souvent la séance, et permettent de valider la libération et guérison réalisée pendant celle-ci. Si vous voulez en savoir plus sur l’accompagnement que je propose, c’est ici.

Ressources complémentaires :

Sur tout le domaine de l’intelligence émotionnelle, je trouve que les ouvrages d’Isabelle Filliozat sont passionnants et bien documentés (L’intelligence du cœur).

La Communication Non-Violente est une approche que je recommande pour communiquer, et c’est également pour le sujet qui nous intéresse une référence pour améliorer son vocabulaire ou trouver des outils pour le faire comme la roue des émotions (roue avec ressenti corporel, émotion-sentiment et besoin).

Le décodage des symptômes du corps, des maladies est également très utile. J’aime beaucoup celui de Jacques Martel (Le grand dictionnaire des malaises et des maladies) et de Philippe Dransart (La maladie cherche à me guérir).

Les molécules odorantes ont la capacité d’aller directement toucher notre cerveau émotionnel : la fameuse madeleine de Proust, où à partir d’une odeur, d’un goût, on peut se retrouver plongé des années en arrière (vous en avez sûrement déjà fait l’expérience). Ainsi les huiles essentielles en utilisation olfactive sont particulièrement recommandées pour un travail sur la sphère émotionnelle. J’aime beaucoup le kit émotion de Do Terra.

NB : Je précise que je n’ai aucun lien d’intérêt ni filiation avec les ressources proposées 😉

Si vous souhaitez lire les ouvrages en question, essayer votre bibliothèque ou bien commandez le à votre librairie de quartier, si possible.